VOUS ÊTES ICI : Conférences > Quand l’architecture efface le handicap
Centre pour déficients mentaux à Saragosse (Espagne) - Photo : Jesús Granada - Architectes : G///Bang Architectural Concept José Javier Gallardo Ortega - © WAAO

Quand l’architecture efface le handicap

CAUE des Deux-Sèvres,  4 déc. 2017 > 26 jan. 2018

Expositions

Le CAUE des Deux-Sèvres propose avec le département  une exposition qui présente une vingtaine de réalisations montrant de quelle manière l’architecture peut aider à dépasser le handicap.

Une exposition : Quand l’architecture efface le handicap
Une conférence : Architecture et handicap
CAUE des Deux-Sèvres et département des Deux-Sèvres
du 4 décembre 2017 au 26 janvier 2018 à Niort

Une exposition

L’idée généralisée d’architecture du handicap renvoie spontanément et de manière réductrice à l’ajout d’éléments collés, après édification, sur les bâtiments tels que des monte-charges, des rampes d’accès ou des barrières protectrices d’obstacles. Ces prothèses incongrues ont pour effet de stigmatiser encore plus le handicap et ne créent pas une œuvre architecturale cohérente. Poser la question du handicap nécessite en préalable de distinguer des familles de handicaps qui touchent aussi bien les fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques de l’individu, chacun étant susceptible un jour de devenir handicapé, par maladie, par accident ou par vieillissement.

Cette (re)connaissance influe sur nos représentations sociales du handicap. Changer les mentalités et la gestion des handicaps suppose une prise de conscience du «droit à la différence» tout comme celui du «droit à l’indifférence», ce qui soulève un grand nombre de paradoxes auxquels il faut faire face.

Pour la réalisation de l’hôpital psychiatrique d’Helsingor au Danemark, les architectes de PLOT (Bjarke Ingels & Julien de Smedt) se sont attachés à matérialiser une organisation centrale, nécessaire pour le repère des individus tout en proposant la liberté et l’autonomie d’un complexe décentralisé.

A Londres, l’agence 6a architects a réalisé une extension de maison, sinuant entre les arbres d’un jardin et créant une déambulation pour sa propriétaire, une mère de famille tributaire d’un fauteuil roulant.

Au nouveau musée du Louvre de Lens, le cheminement pour déficients visuels suggère un cheminement discret et partagé par tous les visiteurs.

A Tokyo, dans le quartier de Itabaki, l’architecte Takeshi Hosaka a dessiné une maison familiale aux cent fenêtres, d’une grande plasticité, lesquelles permettent aux parents atteints de surdité de maintenir le contact avec leurs deux enfants.

L’exposition, conçue par la Maison de l’architecture de Lille, s’attache à questionner dans quelle mesure l’architecture peut participer et favoriser un vivre ensemble. L’événement présente une vingtaine de réalisations, locales et internationales, montrant de quelle manière l’architecture peut aider à dépasser le handicap.

Entrée libre et gratuite.

Et une conférence

nadiaSahmi

Le 12 décembre, le CAUE 79 et le département des Deux-Sèvres invitent Nadia Sahmi, architecte et AMO spécialiste des questions de handicap. Proposée dans le cadre de l’exposition Quand l’architecture efface le handicap, elle montrera comment beau et handicap sont compatibles. A 19h à la Maison du Département à Niort, entrée libre et gratuite.

illustr. : Centre pour déficients mentaux à Saragosse (Espagne) – Photo : Jesús Granada – Architectes : G///Bang Architectural Concept José Javier Gallardo Ortega – © WAAO

Nadia Sahmi, architecte et consultante en accessibilité © Nadia Sahmi

[publié le 23/11/2017]
-Haut de page